Membre des Ateliers d'Art de France

Il y a quelques jours j'ai appris - avec beaucoup de joie - que je devenais en ce début d'année Membre Actif des Ateliers d'Art de France. 

Il aura fallu plusieurs échanges avec l'organisme, un dossier de motivation, des photos, faire un cv d'artiste, des tableurs Excel, des éléments complémentaires  et deux commissions d'adhésions.

Je suis Membre Actif des Ateliers d'Art de France, et même si mon admission ne sera entérinée qu'en juin 2021, je l'écris ici avec une certaine fierté. C'est une belle étape qu'il me tardait de passer sur mon chemin. 

C'est grâce à vos nombreuses commandes, tout le travail réalisé et l'envie de faire partie de quelque chose de plus grand - de valorisant - que j'ai rejoint ce regroupement qui est à la fois un syndicat professionnel et une Fondation représentative des métiers d'art qui fédère plus de 6000 artisans dans toute la France exerçant parmi les 281 métiers d'art répertoriés. En lisant la liste des métiers on se croirait plonger au 19ème siècle, j'adore le côté désuet de certains métiers : dentelier, pipier, dominotier, féron, malletier, escaliéteur, ...

Ateliers d'Art de France a été créé en 1868 par des artisans d’art soucieux de défendre leurs intérêts et leur métier. Aujourd'hui, ce sont des artisans d’art, artistes, manufactures d’art et associations qui s’y retrouvent autour d’une même envie : représenter, sauvegarder et développer économiquement les métiers d’art français. Leur démarche vise donc à faire rayonner et à structurer la filière au niveau national et international.

Etre membre de cette organisation, c'est notamment profiter d'un accompagnement, l'accès à des formations, la possibilité d'exposer dans de grands salons renommés de façon avantageuse, mais aussi dans les boutiques du groupe (Empreintes à Paris, la Nef à Montpellier...).

Pour intégrer Ateliers d'Art de France il faut disposer d'un atelier de production en France, maîtriser et exercer les techniques et savoir-faire propres à son métier d'art, ici le métier de brodeur (et oui il est au masculin) et enfin la créativité et la qualité des pièces ainsi produites. 

Si j'ai rejoint ce groupement c'est pour donner une dimension professionnelle à mon travail, faire valoir mon savoir-faire, ainsi que la maîtrise de mes gestes, et de ma technique, d'autant plus qu'elle est personnelle et non apprise de façon académique.

Au delà de tout cela, c'est aussi et surtout, pour vous qui achetez mon travail, un gage de qualité.

 

A bientôt,

Aude

 

 

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés